Régime de connexions

Marseille_vieux_port_Poissons_frais_t.800

 

À chaque année, son lot d’analyses et de statistiques. Celles de l’Insee mettent en lumière les dépenses des ménages pratiquées en 2012 et illustrent en filigrane l’absurdité d’un mode de consommation qui oscille entre modération imposée et prodigalité superflue.

Sans surprise on apprend que les Français réduisent leurs dépenses en matière de loisirs, de culture, de transport et de plaisirs papillaires. Ils piochent dans leur épargne afin de renflouer un porte-monnaie presque instantanément vidé pour faire face aux urgences du loyer, de l’énergie et de l’alimentation.

Pas de surprise donc si ce n’est face au secteur qui ne connaît pas la crise : la téléphonie mobile et ses ventes de smartphones qui ont bondi de +66,5% par rapport à l’année 2011.

Les Français semblent donc suivre un régime particulier où la viande et le poisson sont remplacés par des écrans tactiles et des sonneries hystériques. Un régime de connexions déconnectées pour une masse abrutissant sa faim et son savoir à coup de technologie à l’obsolescence programmée. La même qui semble aussi annihiler nos principes de réalité et de priorité.

(0)

Laisser un commentaire