Le désamour de la grosse

FrancoisBoucher-Odalisque-vers1743

 

Lorsque un groupe certifié de machos décérébrés prend pour cible les femmes grosses, cela donne la « Fat Shaming Week » aux Etats-Unis. Ou autrement dit, une semaine de réjouissances où la virilité de bas étage écrase de sa bêtise la féminité charnue et exhale une odeur fleurant bon le gras, le lourd et l’adipeux.

À la tête de cette entreprise boursouflée de testostérone, les membres de Return of kings qui prônent des valeurs réactionnaires, la première étant que la femme est soumise à l’homme. Une femme servile qui ne gagne ses jalons de féminité qu’en étant jolie, bien proportionnée et féconde. Les autres sont pour ainsi dire des erreurs de la nature dont le tour de taille flageolant les condamne à la honte éternelle et à la mise au banc par une poignée d’abrutis dotés, n’en doutons pas, d’un physique impeccable.

Cette armée de Ken a donc lancé une chasse aux sorcières dénigrante en publiant sur leur site des articles aux noms évocateurs tels que «  5 raisons pour lesquelles les grosses n’ont pas le droit à l’amour » ou encore « 5 raisons d’humilier une sale grosse lors d’un rencard ». Article dans lequel on apprend que pour accabler une femme en surpoids qui, de toute évidence, ne se respecte pas elle-même et ne respecte personne en imposant à tous ses lignes volumineuses et rondes, il suffit de l’inviter à faire une balade en vélo pour qu’elle souffre ou la trainer dans des magasins pour qu’elle pleure lors des essayages.

Une campagne avilissante qui aurait dû – aurait pu – rester dans le cercle abrutissant qu’est Return of kings si les réseaux sociaux ne s’en étaient pas mêlés. Car quoi de plus facile que d’alimenter une bassesse en un clic à l’époque de la moquerie généralisée. Une façon de se rassurer sur son propre état en humiliant les autres pour leur faiblesse et leur différence. Ou mieux pour promouvoir une cause aussi détraquée que celle de Return of Kings. Ainsi, les pro-ana américaines se sont emparées de la Fat Shaming Week et ont vomi leurs conseils pour avoir des clavicules saillantes et leur haine envers les femmes grosses.

Reste un petit espoir. Celui de cette roue qui tourne inlassablement et se charge de donner à tous le produit des actions passées. Dans un pays où 68 % des personnes sont en surpoids voire obèses et où 70 % des individus sont touchés par la calvitie, difficile de croire que tous les membres de Return of kings passeront à travers…et à ce moment, espérons qu’ils croisent la route d’une grosse revancharde qui n’a pas perdu son souffle après une balade en vélo…

(0)

Laisser un commentaire