L’art par le sang

sam_0021

Le savoir-faire est-il devenu une notion désuète lorsque l’on entre dans les sinuosités de l’Art ? On connaissait Piero Manzoni et ses « Merda d’Artista » soigneusement enfermées dans des boites de conserve, mélange fleuri de ready-made et d’Arte Povera. On avait goûté aux multiples polémiques entourant le Piss Christ, sorte d’œuvre urino-religieuse sur fond de critique des richesses engrangées par le dogme chrétien. Aujourd’hui semble se dessiner une nouvelle technique entièrement basée sur un autre rebut du corps humain. Après la merde et la pisse, bienvenue au sang menstruel ! Au menu donc, des muqueuses gorgées de fer étalées sur les lèvres ou bien utilisées comme peinture dans la réalisation de tableaux dénués de forme mais maitrisant parfaitement la polémique du fond.

Que l’on ne s’y trompe pas, traiter de la menstruation dans les différentes formes de l’Art n’est pas inappropriée tant le sujet est intrinsèquement lié à la féminité et à une forme d’animalité. S’en servir matériellement comme un miroir aux alouettes pour que les regards se posent sur des travaux utilisant la répulsion attractive rend la démarche faiblarde et la compréhension de cette routine mensuelle bouleversante, inexistante. C’est comme mettre en lumière un petit bout risible d’un grand ensemble complexe. Impossible alors d’avoir un tout intelligible.

(0)

Laisser un commentaire